A PROPOS DE SECURITE

25/07/2015 09:21

 

 

 

A une semaine d’intervalle (25 juin et 2 juillet), le journal La Tribune a présenté 2 articles sur l’évolution de la délinquance et de la sécurité sur deux communes limitrophes (Le Teil et Rochemaure).

 

Ces deux articles présentent deux politiques et deux résultats radicalement opposés qu'il nous parait interessant d'analyser pour apprécier la plus pertinente et la plus porteuse d’avenir pour répondre aux défis de nos villages.

 

Les constats

 

-  Forte baisse de la délinquance depuis le début de l’année  au Teil

-  Forte augmentation  à Rochemaure (+ 50 % des cambriolages par exemple depuis le début de l’année).

 

            - « Les gens n’ont plus aucun sens du civisme » dit le Maire de Rochemaure

            - « Les choses s’améliorent au Teil», dit son Maire 

 

Pourquoi un tel écart ? Les différences de politiques de ces deux communes peuvent-elles avoir un tel impact sur l’évolution de la délinquance ?

 

 

Les méthodes et les démarches des élus des 2 communes sont différentes

 

Au Teil:

Un édile heureux de la multiplication des fêtes de voisinage (une vingtaine), et pratiquant l’appui aux associations de quartier comme base pour le « bien vivre ensemble »

« il faut recréer encore plus de lien entre les habitants », dit son Maire qui a mis en place des opérations de participation citoyenne, et qui encourage les acteurs qu’il a mobilisés à continuer d'œuvrer pour la population.

 

A Rochemaure :

La dénonciation comme base du « mieux vivre ensemble », des associations de quartier ni considérées ni soutenues,  une gestion partiale des conflits de voisinage.

 

Qui a raison ?

 

Le Maire du Teil qui a des perspectives de progrès et qui mobilise les acteurs en accompagnant les citoyens de bonne volonté,

ou

le Maire de Rochemaure qui se contente d'exprimer sa lassitude dans un communiqué d'énumération de nombreux « Ras le Bol » ?

 

 

Ce que nous en pensons:

 

Comment développer le civisme quand ceux qui nettoient leur quartier, ceux qui essayent de résoudre des problèmes de voisinage créés par les chats errants, ceux qui ont le souci que l’urbanisme participe à l’amélioration des liens  ceux qui favorisent le bon entretien de leur environnement ne sont pas considérés, ne reçoivent aucune aide, et sont plus critiqués qu'encouragés ?

 

 

Ce ne sera que par l’acceptation de toutes les participations citoyennes, par un large recours au débat et par le souci que tous ( habitants , artisans, commerçants...) participent à la vie de la commune dans le respect des différences que pourra se renforcer le vivre ensemble.

 

Face aux derniers événements de délinquance qu'a connu notre commune il appartient au maire et à ses élus d'agir pour « calmer la tempête » en privilégiant la participation citoyenne et le renforcement du lien social.